Sons d'une ville 4. (fin)

A l’heure où celui qui, dérangé dans son sommeil par le bruit d’une voiture dehors, se rend compte qu’il ne se rendormira pas sans s’être soulagé ;

A l’heure où la plupart des gens ne déploient plus l’activité qui les nourrit, sauf peut-être Jessica qui vient de terminer un client basané alors que Luis rentre chez lui à pieds et qu’elle l’accoste dans l’allée du parc. Lui ne dit pas non, demande du feu et dit qu’il vient de laisser son amie endormie chez ses parents à elle et qu’ils ont baisé toute la soirée. Il lui demande quand même le prix. Il plaisante, à boire, une coupe, une passe, un rail, un joint. Elle dit que s’ils couchent, pour lui ce sera cent. Il répond que si c’était la moitié, il ne dirait pas non. Il n’aime pas marchander. Il le dit. Ils s’entendent à soixante. Ils vont dans sa chambre à elle. Il assure que c’est la première fois qu’il paie. Il veut l’embrasser. Il saisit ses seins, elle commence de le déshabiller, elle s’émeut de voir son corps élancé et sa queue si d…

Eaux vives 7




Soàd me laisse en paix sans que je le lui demande. Lorsque je la rejoins, elle est à moi et je suis pour elle. Là réside l'essentiel. L'un et l'autre, nous nous sommes toujours référés à un pacte inexistant. Nous n'avons pas désiré donner plus de mots pour exprimer notre accord. Pourquoi tout se dire d’ailleurs ? A ce jour, je pense ne lui avoir jamais menti. Ce doit être pareil de son côté. Si elle me pose une question, je réponds. Il m'est arrivé d’avouer les plaisirs sans lendemain. Elle sait que les rencontres ne se racontent pas. Mais, si elle m'interroge sur ce que j'ai pu ressentir, j'essaie de lui dire. Quant à moi, je ne veux pas souffrir et j'évite d’aborder l’envers de sa vie. Je sais qu’elle revoit le père de son enfant. Qu’importe !


la suite 


retour à la page principale http://editionssauvages.blogspot.ch/

Commentaires